[Test] – Power Rangers: Battle for the Grid : La passion du Megazord

6
1008
L'affiche du test de Power Rangers: Battle for the Grid

La dernière production de nWay fait rentrer les Power Rangers dans l’arène de la baston. Est-ce cependant à la hauteur ?

Lorsque l’on entend Power Rangers, certains y voient les super-héros colorés de leur enfance défendant la veuve et l’orphelin. D’autres, comme votre serviteur, ont plus tendance à se rappeler de l’interprétation des Inconnus. Les fans en revanche sont encore présents en nombre, même si la qualité des récentes productions cinématographiques de la licence était plus que discutable. Power Rangers: Battle for the Grid échappe-t-il à pareil destin ?

Oui, et non. C’est une réponse certes détestable mais qui reflète à elle seule le dilemme que l’on constate après avoir joué au jeu.

Lors du lancement, rien à signaler de particulier, si ce n’est un menu propre et les couleurs chatoyantes des costumes Power Rangers. Les novices que nous sommes se lancent dans le mode tutoriel, simple et efficace, abordant la grande force du jeu : son étonnante technicité.

L’appel du Megazord

Les affrontements se déroulent en trois contre trois, à la manière d’un Marvel vs Capcom et d’un Dragon Ball FighterZ. Il est possible d’appeler l’un de ses coéquipiers en pressant l’une des gâchettes et de le jouer pour de bon en appuyant dessus deux fois.

Les enchaînements automatiques, dans l’air du temps, sont de la partie pour un amusement immédiat. Les supers consistent en une animation en gros plan suivie d’un enchaînement qui fait bien souvent mal, tandis que les ultras (au nombre de trois, à choisir lors de la sélection du personnage) couvrent la moitié de l’écran et explosent littéralement l’adversaire.

Là où cela devient intéressant, ce sont les nombreuses possibilités de lier les attaques entre elles, misant ainsi tout sur les réflexes et le bon sens du joueur pour effectuer des combos dévastateurs, rythmés par les attaques de partenaires couplées aux attaques spéciales. De quoi donner du grain à moudre aux amoureux d’enchaînements complexes, qui auront en plus à leur disposition des coups EX et les joies du pushblock (permettant d’annuler le temps d’inaction après avoir bloqué).

Y-a pas foule

En tout et pour tout, neuf combattants sont proposés ce qui est… peu ? Même si trois autres personnages additionnels (dont Dragon Armor Trini) vont débarquer avec le season pass, cela reste limite. Chacun dispose de compétences bien définies et d’un style de jeu bien à lui, ce qui est rafraîchissant par rapport à la tonne de clones que l’on constate dans les productions récentes (coucou DBFZ).

Pour ce qui est de la direction artistique, cela revient à apprécier l’image de marque de Power Rangers. Si apercevoir un gorille bleu prénommé Goldar avec une armure dorée ne vous gêne pas, alors vous pouvez foncer.

En revanche, pour tout ce qui touche aux graphismes, c’est véritablement daté. Cela ressemble à du Marvel vs Capcom 3, le côté spectaculaire en moins. Véritable point noir de ce Battle of the Grid, l’aspect visuel n’est pas aidé par les animations rigides et le manque général de fluidité dans les différentes transitions en jeu.

C’est par où le contenu ?

Des modes arcade, en ligne classé et amical, entraînement,tutoriel et c’est tout. Le strict minimum qui explique également son tarif de 19,99 € pour la version standard (et de 39,99 € pour la version complète incluant le season pass et trois costumes alternatifs).

Tandis que le mode arcade propose un scénario minimal, les modes en ligne sont eux tout bonnement inutiles à l’heure actuel puisqu’il nous a été impossible de trouver un adversaire après un (très) long temps d’attente. Impossible de savoir si le netcode tient la route, malheureusement.

Les musiques sont quant à elles oubliables, quasiment aucune voix tandis que les bruitages sont standards.

Verdict

On ne peut que s’incliner devant le travail effectué sur les mécaniques de jeu, qui sont réellement amusantes et techniques. L’art de la jongle y est très présent et lier les différentes attaques suivant un timing serré est un défi en soi. Rappelons que Justin Wong lui-même a participer à l’équilibrage du jeu.

Pour le reste, c’est moyen ou mauvais. Peu de personnages jouables, une bande-son sans intérêt, le service minimum pour ce qui est des modes, des graphismes vieillots et des animations au tapis. En revanche, la version de base du jeu n’étant qu’à 20 euros, ceci explique cela. Enfin, le mode en ligne complètement désert est frustrant.

Power Rangers: Battle for the Grid est un vrai jeu de combat à la personnalité certaine, mais ses faiblesses sont telles qu’il ne peut rivaliser avec les ténors du genre.

note-6

C’est bon                                               C’est mauvais

• Des mécaniques de combat chiadées     • Seulement 9 combattants

• Les ultras                                            • Graphismes datés

• Accessible                                           • Animations rigides

• Peu cher                                             • Contenu faiblard

                                                            • Mode en ligne désert

Ce test de Power Rangers: Battle for the Grid a été réalisé avec la version dématérialisée sur PS4, gracieusement fournie par nWay.

6 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici