[Test] – Samurai Shodown : le duel qui prend son temps

4
354
Tous les personnages de Samurai Shodown sur PS4

SNK marque le retour de la série Samurai Shodown avec un épisode soigné et fidèle à ses racines, peut-être même trop

Lorsque SNK avait annoncé un nouvel opus de Samurai Shodown l’an passé, certains ont eu peur. Ils se sont remémorés les graphismes et modèles 3D atroces de The King of Fighters XIV qui, sans être un mauvais jeu (loin de là), avait eu l’effet d’une douche froide pour les fans, habitués à un aspect visuel soigné.

Maintenant le jeu sorti, tous peuvent respirer. Samurai Shodown est un jeu regardable, et même plus que ça. Il est plutôt beau, par moment ! Mieux, sa personnalité graphique est indéniable et parcourir les différents menus où regarder les personnages se mouvoir est un plaisir. Sans atteindre le niveau d’animation des décors de Street Fighter V, SamSho est un jeu ancré dans le 21ème siècle, et c’est ce qui compte.

Le style japonais traditionnel, présent partout, contraste avec les productions nippones actuelles très occidentalisées, et c’est incontestablement rafraîchissant.

Maître Haomaru, pourquoi êtes-vous si lent ?

Le gameplay va à contre-courant de tout ce qui se fait actuellement. Tandis que la vitesse et l’auto-combo visuellement spectaculaire grouillent dans chaque nouvelle production, Samurai Shodown mise sur ce qui a fait les beaux jours de la franchise sur Neo-Geo dans les années 90. Ainsi, il s’agit simplement de coups basiques et d’esquives qui seront vos meilleures armes pour punir l’adversaire à chacune de ses erreurs. Il convient d’oublier la jongle et les enchaînements à rallonge pour chronométrer ses actions.

Coups faible, moyen et fort disposent chacun d’un temps d’exécution plus ou moins long. Un coup fort peut enlever plus d’un tiers de la barre de vie de l’adversaire mais met le combattant en position de vulnérabilité pendant un long moment. Pas de cross-up, mais des techniques anti-air à foison; pas de coups EX mais une barre de Rage activable une fois par match qui permet de frapper plus fort et de lancer des supers sans retenue.

Gardes simple, parfaite (offrant un avantage de temps si l’on presse arrière au bon moment) ou encore désarmement sont également de mise, offrant ainsi un mélange de technicité et de simplicité presque inédit dans l’univers des jeux de baston actuels. Les coups spéciaux peuvent quand à eux être destructeurs, tout comme les exécutions (supers améliorés lors d’une explosion de Rage), qui vont parfois jusqu’à retirer 80% de la vie adverse.

En revanche, malgré tous ces points dignes d’intérêt, SNK a fait le choix de conserver le même rythme que les jeux d’origine. C’est, à tort ou à raison, lent. Si la jouabilité proposée se marie plutôt bien avec cette vitesse réduite, cela se fait au détriment de l’amusement général. On en viendrait presque à piquer du nez, le temps que son personnage envoie un projectile. Pas pour tous publics.

Du classique, de l’efficace

Avec ses 16 personnages, Samurai Shodown n’a pas à palir, d’autant plus qu’il n’y a absolument aucune similitude entre eux. Vous connaissez un peu Nakoruru ? Aucune chance que vous sachiez comment manier Earthquake, à part peut-être pour les supers dont les combinaisons sont les mêmes pour tous.

Au niveau des modes, c’est du classique entre un mode histoire qui fait tout juste le boulot, un mode entraînement standard et des tutoriels efficaces sans pour autant faire plus d’efforts que cela. Survie, Contre la montre, combat en ligne et hors-ligne, etc… Le seul secteur un tant soit peu original est le Dojo, qui offre de jouer contre des répliques de véritables joueurs; des fantômes. Si l’idée est sympa, en pratique ce n’est qu’une succession de combats contre des bots attardés qui peinent à réellement répliquer le comportement de leur humain de référence. Mais le concept est intéressant.

Pour les combats en ligne, que ce soit en classé ou en régulier (lobbies), le netcode se trouve bien souvent à la peine. Plus de 50% des affrontements rencontrés jusqu’ici ont montré des signes de lag, même si cela semble plus dû à un malheureux système de matchmaking plutôt qu’à un véritable problème de connexion.

Aux petits soins

Traduction française de mise, bande-son réussie, bruitages bien fichus… SNK a voulu bien faire les choses et contenter un public international malgré les nombreux défis posés par ce Samurai Shodown pour le moins… singulier !

Ajoutons à cela une direction artistique de qualité, qui joue beaucoup sur la fibre nostalgique et ce côté Street Fighter IV au niveau des couleurs. On se retrouve avec un résultat séduisant qui prouve que les développeurs laissent enfin KOF XIV derrière eux pour offrir quelque chose de plus grand.

Verdict

Samurai Shodown est une renaissance réussie d’une série adulée par beaucoup de fans de baston virtuelle. Ses graphismes honnêtes et surtout l’inspiration artistique affichée engage le joueur et lui donne envie de voir encore plus d’explosions de couleurs, même si les animations ne sont pas ce qui se fait de plus pointu aujourd’hui. Un gameplay très particulier sanctionnant la moindre bourde attirera les plus confirmés et compliquera la vie aux novices, qui pourraient également trouver un problème dans la lenteur générale du titre. Une bonne surprise qui ravira les nostalgiques ainsi que les amateurs de combats épurés et tactiques.

7-10-note-exobaston-test

C’est bon                                               C’est mauvais

• Des graphismes honnêtes                      • Une lenteur parfois gênante

• Une DA aux petits oignons                     • Peut mieux faire graphiquement parlant

• Un gameplay différent et prenant           • Un matchmaking peu performant

• Tacticité maximum                                • Des modes trop classiques   

• Des combattants uniques                              

Ce test de Samurai Shodown a été réalisé avec la version dématérialisée sur Playstation 4, gracieusement fournie par SNK.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici