[Test] – Nickelodeon All-Star Brawl : Mêlée générale à Bikini Bottom

2
353
Nickelodeon All-Star Brawl test

“Ce qui ne te tue pas, y arrive généralement au bout du deuxième essai” – Mr Krabs

Ça y est, Nickelodeon All-Star Brawl est arrivé. Ce n’est pas tous les jours qu’un nouveau brawler au roster gratiné autre que Super Smash Bros arrive.

Dans ce nouveau jeu de baston haut en couleur, vous pourrez mettre d’énormes mandales au père Delajungle avec Bob l’éponge. Si c’est pas vendeur ça.

Du haut de ses 20 personnages jouables, il est normal de s’interroger sur l’authenticité de ce titre. Se veut-il Family Friendly, à l’image de tous ces dessins animés représentés, ou est-ce un véritable nid à technicité, avec des mécaniques immensément compliquées ?

La curiosité est attisée.

Nickelodeon All-Star… MELEEEEE !

C’est compris, les développeurs de ce jeu ont poncé Super Smash Bros. Melee jadis. C’est bien simple : le gameplay, le dynamisme et la nervosité de ce titre est un hommage à l’opus de la Nintendo Gamecube.

La jouabilité est relativement simple (à première vue). Il y a trois types d’attaques : légère, puissante et spéciale. Et à l’image d’un Smash-like, chaque direction associée à un type d’attaque lance une technique différente. Une choppe ainsi qu’un bouclier sont également de rigueur. Une prise en main facile, mais…

Nickelodeon All-Star Brawl a été conçu avant tout pour la compétition. Insistons sur le fait qu’il s’agit d’un hommage à Smash Melee qui fête ses 20 ans cette année. Nickelodeon a été créé par et pour ces joueurs.

En effet, jouer en solo est une expérience courte : au-delà d’un simple combat contre l’ordinateur via le Mode Combat, le Mode Arcade existe et permet de combattre une dizaine de bots à la suite avec plusieurs niveaux de difficultés disponibles.

De plus, un mode Sports est également de la partie. Il se joue en deux contre deux, un ballon au milieu et deux buts aux deux extrémités du stage. L’équipe qui met le plus de points dans un temps donné gagne, et c’est clairement de bonnes heures d’amusement en perspective avec les copains.

Il sera difficile pour un néophyte du genre de s’atteler aux entrainements pour la compétition. En effet, les joueurs confirmés de brawler vous mettrons d’entrée des enchainement 0 to death et ceci pourra rapidement décourager un potentiel nouveau public.

Notons d’ailleurs que le seul élément faisant office de tutoriel au jeu, est une succession de slides Powerpoint avec une ligne d’explication par mécanique, c’est assez maigre pour un jeu élitiste.

Terrain de jeu pour grands enfants

Autant de personnages que de stages ? Et bien oui, 20 niveaux sont proposés, tous tirés de chaque univers des protagonistes. Une chose est sûr, les graphistes n’ont pas lésiné sur les couleurs féériques accentuant la bonne humeur que propose ce jeu. Il est donc possible de s’envoyer des marrons en plein Bikini Bottom, sur le Vaisseau du Hollandais Volant ou encore sur les toits du Temple de l’air tout droit sortie d’Avatar.

En terme de direction artistique, le choix s’est porté sur une 3D “pâte à modeler” qui fonctionne pour la totalité des univers représentés. Certains pourraient trouver cela un peu “petit budget”, mais ça reste dans l’esprit du dessin animé américain.

De plus, une pluie de références pour chacun des cartoons est à prévoir en ce qui concerne les différentes attaques des personnages. Pour Bob l’éponge, nous pouvons notamment retrouver son célèbre “Imagination !” en tant qu’attaque Spéciale basse.

Petite déception toutefois en ce qui concerne les lignes de voix des personnages : il n y en a pas. Lorsqu’un combat commence, chacun des adversaires a seulement droit à un petit cadre de texte. Au-delà des protagonistes, c’est leurs voix qui rendent le personnage unique et il est dommage de ne pas avoir ne serait-ce qu’une seule petite réplique par combattant.

Même combat pour les musiques qui, sans être foncièrement mauvaise, impactent très peu l’ambiance du jeu tellement celles-ci sont timides, mises en dernier plan et constamment couvertes par les bruitages du jeu.

Un prestigieux combat

Le Rollback Netcode ! Ils l’ont implémenté les bougres ! C’est donc… possible ?!

Le mode En ligne du jeu est une leçon en terme de stabilité. Pas un seul lag n’a été recensé lors des sessions d’essais, et c’est crucial pour un nouveau jeu de combat. À noter qu’un bouton “revanche” est disponible sans nombre maximum de matches par adversaire. Il est donc possible d’attendre moins de 5 secondes entre deux matches, même le matchmaking est dynamique !

Il faut comprendre les parties en ligne (Rapide et Compétitive avec classement) représentent 80% du jeu. Le reste est encore trop pauvre en terme de contenu, mais les développeurs ont assuré que le jeu allait être suivi et recevrait un nombre massif de mises à jour.

Avec un roster charismatique qui plairait aux jeunes et moins jeunes, il est vraiment possible que le jeu devienne un pilier de l’E-Sport, mais ça c’est à la communauté d’en juger.

Il ne faut pas que ces fameux développeurs tardent à entretenir le jeu, car les joueurs peuvent partir du jour au lendemain sans crier gare. Mais il y a de l’espoir, le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Verdict

Nickelodeon All-Star Brawl a été créé par des passionnés, et le résultat est très bon. Personne n’attendait un brawler avec Bob l’éponge, les Tortues Ninjas et un membre de la famille Delajungle, mais on en avait tous besoin. Il est vrai que la concurrence a encore beaucoup de place dans ce domaine, mais un adversaire de poids est arrivé.

Ce test de Nickelodeon All-Star Brawl a été réalisé avec la version dématérialisée sur PC (Steam), gracieusement fournie par GameMill Entertainment.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici