[Review] – Devil May Cry 5 Special Edition : Vergil au top de sa forme

1
1423
Devil May Cry 5 Special Edition ajout de Vergil Playstation 5

Devil May Cry 5 est arrivé sur les consoles Next-Gen avec du nouveau contenu.

Déjà considéré comme graphiquement excellent, cette nouvelle version intitulée Devil May Cry 5 : Special Edition est un Remaster utilisant la puissance de la Xbox Series et de la Playstation 5. Et pour rajouter plus de sauce, un nouveau personnage jouable est de la partie : l’inégalable Vergil.

Mais ce n’est pas tout, des nouveaux modes ont été ajoutés afin de proposer aux joueurs ayant déjà fini le jeu sur les “anciennes consoles” quelques exclusivités. À savoir le mode Chevalier Sombre Légendaire ainsi que le mode Turbo.

Tout le monde sait que DMC5 est une merveille en (quasi) tout point, ce petit test s’attardera donc sur les nouveautés de cette version.

Un 4ème personnage aux mécaniques envoûtantes

Commençons par le plus important : l’ajout de Vergil en tant que protagoniste jouable. Et il savère qu’il suffit de ne jouer qu’un seul niveau pour se rendre compte qu’il s’agit du personnage le plus rapide (et le plus fort) du jeu, comparé à Dante, Nero et V.

Il est doté de 4 armes : un katana (Yamato), une épée (Mirage Blade), des armes de pugilat (Beowulf) ainsi que des boules d’énergies (Mirage Edge), qui viennent ici remplacer les flingues de Dante.

Il s’avère que jouer Vergil est probablement l’expérience la plus amusante de Devil May Cry 5 : Special Edition. Sa nervosité ainsi que son agilité permettent au joueur d’enchaîner énormément de combos divers et variés. Il s’agit probablement du personnage jouable le plus complet en termes de mécaniques. Le gars peut se téléporter, quoi !

MAIS (parce qu’il y a un mais) Capcom aurait pu peaufiner un autre aspect fondamental : son incrustation dans l’histoire du côté des héros. Autrement dit : il n y a aucune cinématique dans le mode Histoire. Vous terminez un niveau, vous passez au magasin augmenter vos statistiques, et vous commencez le suivant. Il n y a aucun effort d’immersion et d’intégration dans telle où telle scène pour Vergil.

Il est donc important de noter que si vous n’avez jamais joué à Devil May Cry 5, ne commencez pas avec Vergil ! Il faut savoir, pour les néophytes, que l’univers du jeu est saisissant et qu’entamer une 1ère fois le jeu avec Vergil pourrait nuire à votre expérience. Respectons le lore.

Je vais me faire un café pendant que ça char… Ah non !

La puissance de la Xbox Series ainsi que de la PS5 se démontre via plusieurs points. Pour commencer, les temps de chargement sont quasiment inexistants, et cela peut surprendre au début ! Préparez-vous bien avant de démarrer une session, parce que ça va enchainer sec.

De plus, il est évident que les graphismes sont encore plus beau, avec une fluidité de mouvement qui, si vous avez la télévision adéquate, peut presque donner le tournis. Mais encore une fois, un peu d’adaptation et ça ira mieux au bout de 15 minutes.

Cependant, l’ajout du Ray-Tracing bien qu’appréciable est loin d’être pleinement exploité dans cet opus. On peut le distinguer surtout dans les reflets, par exemple dans les flaques d’eau souvent présentes dans les niveaux en extérieur. En somme, c’est une fonctionnalité un peu mise de côté par Capcom. Mais gardons en tête que le jeu n’a à la base pas été conçu pour ce genre de nouvelle technologie.

Un peu d’action, que diable

Les nouveaux modes Chevalier Sombre Légendaire et Turbo sont destinés aux joueurs les plus aguerris. Voici leurs spécificités :

  • Mode Chevalier Sombre Légendaire : le nombre d’ennemis de chaque combat est fortement multiplié.
  • Mode Turbo : la vitesse du jeu est augmentée de 20%.

En ce qui concerne le premier mode, au-delà d’augmenter (évidemment) la difficulté du jeu, il permet de donner aux joueurs un sentiment satisfaisant avec des grosses attaques de zone qui enlève plus ou moins toute réflexion stratégique pour laisser place au bourrinage de monstres des plus classiques.

Attention au mode Turbo cependant, un surchauffage de cerveau est si vite arrivé. On pourrait penser que 20% ce n’est pas grand chose, et pourtant… Il vous faudra mettre pause plusieurs fois afin d’aller s’hydrater et éviter un AVC. Le rythme effréné offert par ce mode donne presque un côté plus “Arcade” au jeu.

C’est en effet un bon moyen de recommencer ce DMC, et il est fort probable que ce mode devienne convoité par le monde du Speedrun.

Verdict

note-8-10-test

Devil May Cry 5 : Special Edition est une bonne entrée en matière pour les consoles Next-Gen, et Capcom a réussit à nous proposer du renouveau dans cet opus grâce à un nouveau personnage ainsi que deux nouvelles façons de jouer très convaincante. Le seul point noir est l’absence de cinématique ou autre mise en scène afin d’intégrer Vergil au mode Histoire.

N’oublions pas tout de même que le jeu est proposé au prix de 39,99€. À ce prix-là, ce serait dommage de passer à côté, même si vous l’avez déjà sur les anciennes générations de console.

Ce test de Devil May Cry 5 : Special Edition a été réalisé avec la version dématérialisée sur Xbox Series X, gracieusement fournie par Capcom.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici