[Aperçu] Final Fantasy VII Remake : Du génie dans une aventure revue

1
570
Le personnage de Final Fantasy VII Remake Cloud devant un réacteur Mako

Le chef-d’oeuvre de 1997 reçoit un traitement de choix dans Final Fantasy VII Remake. Inévitables dans les jeux de baston de l’époque et d’aujourd’hui, Cloud et ses compères continuent d’étonner.

Attendu comme le messie vidéoludique du 21ème siècle, Final Fantasy VII Remake a fait l’objet d’une attention extrême de la part de l’éditeur Square-Enix, qui ne s’est pas loupé.

L’original sorti sur la première Playstation en 1997 avait marqué en son temps le monde des jeux-vidéo et toute une génération de joueurs. Scénario exceptionnel, profondeur des personnages et système de combat bien fichu avaient convaincu la foule. Mieux, il a ensuite inspiré nombre de jeux de bagarre comme le discutable Ehrgeiz et s’est insérée dans la non moins discutable série des Dissidia. Dépassant même les frontières de Sony, le héros Cloud se trouve aujourd’hui dans Super Smash Bros. Ultimate avec un engouement qui ne se dément pas.

Alors comment parvient-on à réimaginer une légende sans se louper ? Et bien comme ça… Le pari était audacieux : découper le jeu original en trois sans pour autant paraître trop tirer sur la corde et faire en sorte que le joueur ne se sente pas vache à lait.

Dans ce premier volet de Final Fantasy VII Remake, tout se passe à Midgar. Ce qui n’était qu’une introduction en 1997 occupe désormais tout l’espace, sans pour autant que l’on se sente floué. Les histoires originales sont plus développées, les personnages secondaires se révèlent, les anecdotes deviennent des aventures. Et ça marche ! On se laisse porter par des pans de l’épopée que l’on ignorait, bercé par un univers toujours aussi fascinant et des personnalités fouillées.

Enfin, ce serait presque parfait si les voix françaises des personnages féminins n’étaient complètement ratées, cucul à souhait et contrastant sévèrement avec le ton sombre de l’ensemble. Il est malheureusement préférable de se mettre sur les voix japonaises ou le doublage anglais pour en profiter de meilleure manière.

Le combat au tour par tour fait place à un système orienté action-RPG d’une finesse rare et d’un dynamisme à tout épreuve. Le fan de la première heure n’y perd pas au change, mais il se rend vite compte qu’il s’agit d’un jeu vraiment différent de l’original, en de nombreux aspects.

Les musiques revisitées restent quand à elles pleinement incroyables et il n’est pas rare de s’immobiliser quelques instants pour en profiter. Parvenir à mettre autant d’émotions dans une ambiance sonore de jeux vidéo relève du domaine de l’incroyable à ce niveau. Le mieux ? La qualité des réalisations musicales ne faiblit pas d’un poil durant les 25 heures de jeu totales.

Les graphismes aussi sont excellents et l’on s’interroge presque de la manière dont une machine désormais aussi vieille que la Playstation 4 parvient à gérer sans sourciller une telle palette de détails.

Final Fantasy VII Remake n’est pas certes pas exempt de défaut. Certains passages de l’histoire originale n’ont pas très bien vieilli et leur redite en 2020 peut paraître un peu gauche. Mais il s’agit toutefois d’un détail car le mythe de Cloud s’en trouve redynamisé de belle manière. Nul doute qu’il fera de futures apparitions dans d’autres jeux de combat sous peu. SoulCalibur VI a bien Geralt… Pourquoi pas Cloud ?

NOS NOTES ...
Bande sonore
10
Graphismes
9
Jouabilité
8
Scénario
10
Durée de vie
9
Article précédentStreet Fighter 5 : UltraDavid balance sa tier list de la saison 5
Article suivantNinjala : la bêta ouverte commence le 28 avril

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici