[Test] – Under Night In-Birth Exe:Late[st] : Formidable mais imprononçable

under-night-in-birth-exe-latest-test-unist

La dernière mouture d’Under Night In-Birth fait mouche sans surprendre, et s’inscrit au panthéon des jeux de baston à la plastique manga

Le studio French Bread n’en est pas à son coup d’essai. Auteur de la populaire franchise Melty Blood, il tient une place de choix dans le cœur des amateurs de jeux de combat à la sauce animé. Sa seconde licence de choix Under-Night In-Birth accouche (enfin a accouché parce que nous sommes bien à la bourre) du troisième volet intitulé Late[st] en début d’année. L’adaptation PC est, elle, disponible depuis quelques semaines et il est grand temps que tous ceux qui n’ont pas eu la joie d’y goûter s’y mettent.

Test-under-night-in-birth-exe-latest-orie-unist

J’vais à l’Unist

Abrégé « Unist » car imprononçable autrement, le dernier épisode prend le meilleur de son grand-frère, Under-Night In-Birth Exe:Late (UNIEL), et y apporte son lot de correctifs et de nouveaux personnages. En six ans, la série a fait un bon en avant tant au niveau du gameplay que visuellement.

Les fans de manga seront aux anges car on y retrouve véritablement la pâte graphique typique des animés japonais et il n’est pas ici question d’occidentalisation du design. La plupart des combattant ont des traits juvéniles et des épées deux fois trop grandes, sans oublier les costumes de lycéens qui vont bien.

Test-under-night-in-birth-exe-latest-Enkidu-unist

L’animation est quant à elle extrêmement fluide et malgré la petite équipe qui compose le studio French Bread, les finitions à cet égard sont évidentes et bienvenues. Les décors sont eux acceptables, même si cela peut parfois être un peu simplet en frôlant le vilain, sans toutefois l’atteindre.

L’inspiration de certains arrière-plans de la franchise BlazBlue est également notable, reste à savoir s’il s’agit là d’un clin d’oeil ou de pompage sans scrupule. Sachant que le jeu est publié par Arc System Works, qui est lui même possesseur de BlazBlue, il s’agit probablement plus d’une référence qu’autre chose.

Test-under-night-in-birth-exe-latest-mika-unist

Simple à aborder, difficile à maîtriser

La jouabilité d’Under Night In-Birth Exe:Late[st] a fait le pari, réussi, de l’auto-combo couplé à d’autres vrais enchaînements. Moins simples que Dragon Ball: FighterZ et plus à rallonge qu’un The King of Fighters XIV, les possibilités offertes sont très nombreuses et, plus important, amusantes. On prend rapidement plaisir à découvrir toutes les variantes possibles et imaginables. La profondeur du gameplay est effectivement énorme sans pour autant que cela ne rebute les néophytes.

Les modifications apportées sont en revanche extrêmement légères par rapport à UNIEL et se centrent principalement sur le rééquilibrage de certains personnages comme Waldstein ou Gordeau.

Test-under-night-in-birth-exe-latest-phonon-unist

Puisque l’on aborde les combattants, pourquoi ne pas mentionner les quatre nouveaux arrivants que sont Wagner, Enkidu, Mika et Phonon. Parmi les plus drôles à jouer, Mika se démarque avec ses points robotiques énormes contrastant avec sa stature de petite fille. Phonon manie le fouet comme jamais, faisant d’elle un personnage de zone. Enkidu est un pratiquant d’art martiaux qui, étrangement, semble un peu plus grand que les autres personnages; tandis que Wagner utilisent une épée courte et un bouclier pour infliger des corrections.

Au total, ce ne sont pas moins de 20 personnages proposés. Une équipe suffisamment diverse pour trouver chaussure à son pied.

Test-under-night-in-birth-exe-latest-hyde-unist

Des modes ou la vie

Les modes offerts par Unist sont vraiment nombreux et bien faits, qui plus est. Commençons par dire qu’il y a un mode arcade, ce qui est malheureusement en 2018 quelque chose a mentionner. Les tutoriaux pour apprendre les différents coups et techniques sont par ailleurs extrêmement bons et nombreux, ce qui motivera les plus assoiffés à y passer du temps avant de rejoindre le mode entraînement.

Le contenu solo est l’endroit ou French Bread a ajouté le plus de contenu puisqu’on y retrouve un mode Mission ainsi qu’un vaste mode histoire baptisé Chronicle qui prend plusieurs heures à compléter. Il s’agit d’un véritable cadeau aux fans, puisque les combats n’y sont pas d’actualité. La trame scénaristique de la licence y est creusée jusqu’à plus soif, même si bon, il faut vraiment être un passionné pour regarder ce livre interactif plus de 10 minutes. On y comprend pourquoi tout ce beau monde se met sur la cafetière, et c’est au final ce qui compte.

Test-under-night-in-birth-exe-latest-histoire-unist

Le mode en ligne est encore à ce jour actif et il ne faut en général pas plus de 2-3 minutes pour trouver un adversaire en classé. Les salles pour non-classées sont présentes sans être nombreuses, et permette de ne pas attendre avant de pouvoir commencer à tataner (ou à se faire tataner, vu le niveau assez exceptionnels de certains). Le netcode est loin d’être mauvais, et même s’il ne brille pas plus que ça, il fait le boulot sans un lag trop important.

Test-under-night-in-birth-exe-latest-wagner-unist

Chuchotons en japonais

Bien que la traduction anglaise soit vraiment claire, Unist n’a pas eu le droit à une localisation francophone. Fort dommage compte-tenu de la quantité d’histoires proposées. Les voix sont uniquement en japonais mais de qualité.

L’univers sonore du jeu est en revanche bien fichu et les musiques entraînantes pour la plupart. Enfin ça, c’est pour tout ce qui est en dehors du mode histoire car celles de ce dernier peuvent en agacer plus d’un.

Test-under-night-in-birth-exe-latest-wagner-gordeau-unist

Verdict

Under-Night In-Birth Exe:Late[st] est un bon achat, très bon même. Que ce soit pour la qualité de l’animation, la profondeur des combats, le contenu solo, les personnages ou les compositions musicales, tout est réuni pour avoir un maximum de plaisir. Quelques éléments viennent très légèrement noircir le tableau comme certains arrière-plans peu fins, aucun véritable changement par rapport à l’épisode précédent en termes de jouabilité, un netcode imparfait et bien sûr un nom aussi ennuyeux à prononcer qu’à écrire. Vous l’aurez compris, Unist est un jeu de combat de qualité qui plaira au plus grand nombre pour peu que l’on ne soit pas allergique à l’anglais ni au style manga.

note-8-10-test

C’est bon :

  • La qualité de l’animation
  • Un contenu solo considérable
  • La jouabilité toujours aussi bonne
  • Très marrant à jouer
  • la profondeur technique
  • Les nouveaux combattants
  • Les musiques
C’est mauvais :

  • Un nom horrible
  • Certains décors pas très beaux
  • Pas de grand changement depuis UNIEL
  • Pas de traduction française

Ce test de Under Night In-Birth Exe:Late[st] a été réalisé avec la version dématérialisée sur Playstation 4, gracieusement fournie par PQube.

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir les dernières nouveautés baston et des astuces pour améliorer votre jeu !

Laisser un commentaire