[Test]- Granblue Fantasy: Versus : Le mignon du roi

0
503
Le logo de Granblue Fantasy: Versus avec tous les personnages de base

Arc System Works sort Granblue Fantasy: Versus et le spectacle semble à la hauteur des attentes. Mais dans le détail…? Test d’un jeu attendu comme le messie de 2020.

Les personnages arthuriens à la sauce manga de la série Granblue Fantasy s’illustrent dans l’univers de la baston avec un épisode versus attendu de pied ferme.

Nouveau défi pour les développeurs Japonais d’Arc System Works : parvenir à décliner une licence de jeu de rôle culte au pays du soleil levant en jeu de combat et lui donner une personnalité propre. Alors, pari réussi ou non ? Granblue Fantasy: Versus s’en tire plutôt bien.

Salut, t’es beau

Passé maître de la 2,5D, l’éditeur nippon réalise là l’une de ses plus belles performances graphiques, dans la droite ligne de Dragon Ball FighterZ et Guilty Gear Xrd. C’est beau à en pleurer et on se croirait à proprement parler dans un animé.

Les animations en combat sont également sublimes et en mettent plein les mirettes, autant au niveau des mouvements, des coups simples que des supers. Un régal.

En ce qui concerne les décors, c’est kif-kif. Le joueur est porté par un univers enchanteur aux couleurs chatoyantes qui invite à l’évasion en représentant les diverses îles volantes du monde de Granblue Fantasy; ce qui n’est pas du luxe en ce moment.

Menus et interfaces sont visuellement bien menés, au détriment parfois de la clarté. Ben oui : quand l’œil est attiré par l’arrière-plan, on peut mettre un certain temps avant de choisir le bon mode. En tout cas, allumer le jeu la première fois est une expérience très plaisante pour les pupilles.

Le chara design est lui aussi franchement réussi, pour peu que l’on aime la BD japonaise. Ce mélange de chevaliers colorés (rahh Perceval), de combattantes dévêtues et de grosses brutes malfaisantes avec des armes faisant parfois le double de leur corps, convainc.

C’est mort un peu ici, nan ?

Autant les personnages sont tous bien réalisés, autant ils sont au nombre de… onze; ce qui comprend déjà deux combattants additionnels déjà sortis : Beelzebub et Narmaya. C’est peu, très peu. Certes ils sont tous uniques, avec des actions bien à eux. Pourtant, le gameplay relativement similaire de nombre d’entre eux interroge sur les raisons de ce maigre casting.

À ce sujet, il est important de noter que la jouabilité est bien pensée et directement adressée aux novices de la baston. Peut-être même un peu trop dans le sens où la présence d’enchaînements automatiques (désormais récurrents pour la communauté) n’est pas compensée par une profondeur de jeu similaire à celle de DBFZ. Les combinaisons sont bien là, et diverses avec ça ! Mais elles ne sont pas aussi spectaculaires ni aussi détaillées.

On peut également regretter un manque de vitesse et de dynamisme, accentué par l’absence de dash aérien comme dans Guilty Gear; mais cela reste toujours plus vivant qu’un Samurai Shodown.

En revanche, là ou Granblue Fantasy: Versus brille, c’est son système de parades bien étudié et d’habiles contres pour certains personnages. Sur une simple pression de la gâchette et d’une direction, il est possible d’éviter un coup de diverses manières et avec panache; ce qui pour le coup renforce considérablement l’intensité des combats. Afin d’ajouter encore une petite dose d’adrénaline, la possibilité d’effectuer des supers plus puissants lorsque ses points de vie passent sous la barre des 30% (indiqué par une jauge qui devient bleue) en pressant deux boutons au lieu d’un fait un effet bœuf.

Même si ça ne se vérifie pas, on a après quelques heures de jeu l’impression de tourner vite en rond dans les combos et autres mouvements, ce qui est dommage.

Le jeu en ligne ou la vie

GBVS déploie véritablement tout son potentiel dans les modes en ligne qui restent extrêmement similaires à ce que propose Guilty Gear Xrd Revelator. Lobbies, salons, classé, bornes d’arcade ou s’installer pour affronter ou attendre quelqu’un… nous sommes en terrain connu. Quelques nouveautés bienvenues, comme la présence d’un livre d’or où laisser un message aux autres joueurs de passage, permettent de pimenter le voyage sur ces bateaux volants.

Le netcode est quant à lui très solide et permet même sur des connexions moyennes de ne pas sentir le lag ni le délai des coups de manière trop prononcée.

Ensuite, les habituels modes Arcade et Versus sont présents ainsi qu’entraînement ou encore défis, faisant office de tutoriel pour apprendre les différents enchaînements. En guise d’histoire, ASW offre un volet RPG qui s’avère être un mélange de séquences beat’em all et de combats standards entrecoupés de passages narratifs, permettant de comprendre un peu mieux l’univers.

On ne va pas se mentir : ce n’est pas fou et c’est très vite redondant malgré la possibilité de co-op en local et en ligne. Les amoureux de l’artisanat et des nouvelles armes apprécieront, même si cela a au final un effet plus cosmétique qu’autre chose. Si les modes solo sont bien là, leur facilité noircit un peu le tableau.

C’est du Bach ?

La bande-son est extraordinaire à tous les points de vue : tantôt entraînante, tantôt envoûtante et toujours épique; on se surprend à rester sur les menus un peu plus longtemps pour en profiter. Les bruitages et voix des personnages sont quant à eux très bien orchestrés et collent parfaitement à l’action.

Verdict

Granblue Fantasy: Versus est sublime, tant au niveau visuel que sonore et le soin apporté à l’atmosphère générale du titre est impressionnant. Son gameplay bien étudié, sans pour autant atteindre la profondeur des précédents titres d’Arc System Works, ne déçoit pas mais n’impressionne pas non plus. Pourtant, le plaisir de jeu est bien là et entamer des affrontements avec des combattants aux contours aussi travaillés que Lancelot ou Charlotta est un véritable plaisir. Après, le faible nombre de personnages disponibles, des modes solo trop simples et un peu barbants, tirent un peu le jeu vers le bas. Aucune chance de regretter son achat toutefois.

note-8-10-test
C’est bonC’est mauvais
Visuellement sublimePeu de combattants
Ambiance sonore incroyableModes solo trop simples
Gameplay bien pensé……mais pas si profond que ça
Jeu en ligne solide

Ce test de Granblue Fantasy: Versus a été réalisé avec la version dématérialisée sur Playstation 4, gracieusement fournie par Marvelous Games.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici