[Test] – Naruto to Boruto Shinobi Striker : Le ninja aux œufs d’or

2
5
naruto-shinobi-front

Aiguisez vos shurikens, préparez les kunais, et révisez vos sceaux !

Naruto to Boruto : Shinobi Striker se veut être la suite officielle de la série des Naruto : Ultimate Ninja Storm en y incluant le fiston du héros principal. Disponible depuis le 31 août 2018 et édité par le studio japonais Soleil, sa popularité et son nombre de ventes conséquent prouvent que la communauté fanatique des jeux Naruto avait soif de Nindo.

Cet opus, avant toute critique, nous montre que Bandai Namco a tapé dans l’originalité. En effet, nous pouvons dire sans tousser que c’est un renouveau du genre de l’arène 3D, mélangeant des mécaniques de RPG tout en gardant un style de combat qui lui est propre. Cette prise de risque a-t-elle été bénéfique ? Oui, mais…

22, v’là les shinobis 

boruto-img1

La première chose à faire sera de créer son personnage. Cela commencera par le choix du village (village de Konoha, du Sable, du Brouillard, des Nuages ou des Roches). Chaque village détient des caractéristiques spéciales pour le heal, le tank, et le dps au corps à corps et à distance. La personnalisation des personnages est plutôt bien fournie, et de nouvelles coupes de cheveux et autres bandeaux seront déblocables plus tard dans le jeu.

Bref, le personnage est créé, et nous voici à Konoha (le village dont est issu Naruto). Les graphismes sont bons, sans pousser dans l’exceptionnel. Nous retrouverons le fameux trait du Mangaka mélangé à la 3D pour une immersion plutôt réussie.  Cependant, une chose saute aux yeux : le néant. En effet, le lobby se compose (au départ) de quatre PNJs, ce qui rend le tout assez triste, malgré une retranscription de Konoha fidèle. De nouveaux personnages remplissent le lobby au fur et à mesure de la progression du jeu, mais tout restera statique et dénué de dynamisme. Ce même lobby n’aura droit qu’à une seule musique, suffisamment ancrée dans la thématique du manga mais facilement oubliable. Bon, c’est sympa mais on a vite envie de s’enfuir. Allez vite, partons en mission !

L’esprit d’équipe et le pouvoir de l’amitié

boruto-img6

On a tendance à souvent se plaindre dans les jeux tirés de manga que les modes histoire se suivent et se ressemblent. Le studio Soleil a jugé bon, pour mettre tout le monde d’accord, de n’en mettre aucun afin que le joueur ne se consacre uniquement qu’aux missions (PvE) et à la Ligue mondiale des ninjas (PvP). Pourtant, l’absence du Story Mode se fait grandement ressentir, quand bien même certaines missions se veulent retracer le scénario de certains épisodes de la série.

Les missions peuvent se faire en solo comme en multijoueur. Malgré ce choix, plusieurs missions seront difficiles à compléter seul, et poussent souvent le joueur à chercher des coéquipiers. Mais pas n’importe lesquels. Il existe en effet quatre rôles différents : Combat rapproché, à distance, Tank et Soigneur.

boruto-img2Certains seront, en fonction de la situation, plus utiles que d’autres, et force est de constater que l’on peut plus souvent se passer d’un tank que d’un soigneur; ce dernier s’avérant souvent indispensable. Les missions sont agréables dans l’ensemble, pas trop répétitives.

boruto-img3

Elles permettront notamment de débloquer des maîtres qui permettront au personnage d’apprendre des nouvelles techniques. Une classe peut s’équiper de trois techniques (deux normales + un Ultimate, coup particulièrement violent). Les autres récompenses de missions seront des rouleaux, de valeurs différentes (en fonction du rang de la quête), qui permettent d’obtenir de nouveaux équipements, chacun disposant d’effets variés.

boruto-img4

La Ligue mondiale des ninjas symbolise le côté compétitif du jeu et se veut être le fil rouge de Shinobi Striker. Quatre types de batailles seront proposées, ayant chacun un objectif distinct qui affectera la manière de jouer en fonction du but recherché. Cependant, le choix de la bataille ne revient pas au joueur, il est choisi aléatoirement. Pourquoi pas.

Il est d’autant plus important d’avoir un groupe équilibré pour le PvP, car l’expérience de jeu en compétition est nettement plus difficile que celle du mode Mission. D’ailleurs, le gros hic de ce mode reste l’équilibrage du matchmaking, quasi-inexistant, comme en atteste la capture d’écran ci-dessous.

boruto-img5

En effet, dès la première partie, notre petit shinobi tout frais niveau 24 affrontera du gros sac level 99. On aura donc affaire à des adversaires mieux équipés, et avec plus d’expérience. Le problème vient des techniques : certaines capacités sont bien trop puissantes par rapport à d’autres, des ultimates de zone qui tuent quiconque se trouve dedans en un seul coup…

Autant vous dire qu’une certaine Méta (optimisation des techniques les plus fortes de la version du jeu actuelle) s’est déjà installée chez les joueurs, et malgré le bon nombre de techniques que le jeu contient, on ne verra que les plus puissantes (pour ne pas dire les plus cheatées) dans la Ligue.

Au secours, Kakashi-sensei !

boruto-img8

Le gameplay. Le gameplay, le gameplay… Une délicate sensation d’amour-haine s’est faite ressentir dans les locaux d’Exobaston, après plusieurs heures de jeu intensives. Naruto to Boruto respecte le style du manga : courir sur les murs, concentrer son chakra dans ses pieds pour sauter loin, des combos différents en fonction du type d’arme équipé, des kunais à envoyer à tire-larigot, et même des pièges à poser ! La sensation de liberté est véritablement présente lorsque le joueur arpente les grands espaces proposés par les différentes arènes, avec une aisance lors des mouvements particulièrement bienvenue.

Mais en JcJ, le jeu est bien plus nerveux. Et c’est là que ça pêche. Dieu que ça pêche ! Dans une situation ou plusieurs ninjas s’entretuent, la caméra est désastreuse. Pour peu que l’on se mange un combo contre un mur, la caméra se retrouve plus dans les textures dudit mur que sur l’arène en elle-même. Aucun bouton de réinitialisation de la caméra pour regarder devant soi, il faut gérer le tout uniquement à l’aide du joystick droit. Ce problème de caméra est directement associé au second problème encore plus important : le ciblage.

boruto-img7

En effet, presser le bouton du joystick droit en direction d’un ennemi centrera la vue sur ce dernier. La caméra suivra ainsi ses moindres faits et gestes. Seulement, il suffit d’un seul coup qui vous envoie valser pour perdre le focus.

Et si votre sort de clonage (nécessaire pour s’évader d’un enchaînement) est en cours de rechargement, l’adversaire continuera de vous enchainer sans que vous puissiez y faire quoi que ce soit, en tentant désespérément de se recentrer sur la cible, chose qui sera impossible tant que la caméra ne sera pas en direction dudit ennemi.

On aura beau exploser le bouton de ciblage pour voir l’adversaire de face; tant que la caméra ne sera pas vers lui, cela ne fonctionnera pas. Insister sur ce point n’est pas démesuré, c’est bel et bien la GROSSE bête noire du jeu. Il arrive souvent d’envoyer un enchaînement entier dans le vide (toujours dû à la caméra) ce qui rend votre personnage encore plus vulnérable.

Évidemment, améliorer son classement dans la Ligue (celle-ci durant environ deux semaines) est nécessaire pour obtenir de belles récompenses à la fin de l’évènement, comme des titres par exemple. Les rangs s’étalant de D5 à S1, il y a du boulot pour parvenir au sommet.

L’habit fait-il le ninja ?

Malgré les quelques lags aux heures de pointe en Ligue, les serveurs restent solides (sur Playstation 4). Aucun problème d’ordre technique n’a été repéré en mode Mission. C’est malheureusement trop rare pour ne pas être signalé, particulièrement pour un jeu sorti il y a peu. Cependant, cet opus ne contient que les versions anglaise et japonaise, aucune voix française n’a été programmée. Dommage (*sarcasme*).

boruto-img9

Dans l’ensemble, la direction artistique est réussie, tant par l’univers respecté et bien retranscrit, que par la vivacité des bastons. C’est pourquoi le fait de n’avoir que deux modes de jeu est assez frustrant, on aimerait faire tellement plus avec notre petit ninja.

Faites-nous sauter d’arbre en arbre, combattre en un contre un pour démontrer son plus beau Nindo, donnez-nous de VRAIS bosses à affronter, et faites-nous bouffer des ramens, bon Dieu ! Blague à part, le un contre un aurait pu être totalement envisageable : le jeu détient toutes les fonctionnalités de base d’un jeu de combat, à savoir le blocage, la contre-attaque, des techniques de brise-garde… Et même mixer le tout sur une arène à objectif aurait pu être possible. Naruto to Boruto est avant tout un jeu de baston en arène 3D, c’est indéniable.

Conclusion

note-6

On sent bien que Bandai Namco a voulu faire un Naruto à la sauce Dragon Ball : Xenoverse. Cela reste en revanche trop timide : c’est un Xenoverse incomplet. Le fait d’avoir voulu camoufler cette ressemblance a fixé de grosses barrières au jeu. Naruto to Boruto: Shinobi Striker aurait été bien meilleur s’il avait été assumé.

Le côté RPG de cet opus est réussi, la constante évolution de votre personnage donne envie d’aller toujours plus loin dans le jeu. Le côté PvP, malgré ses défauts, reste intéressant de par sa nouveauté dans le genre et la licence. Les fans de la saga Naruto y trouveront leur bonheur sans problème, ce qui ne sera pas forcément le cas, cependant, pour les profanes. Enfin, pour répondre à la question : « Cette prise de risque a-t-elle été bénéfique ? »; Oui, mais elle le sera probablement beaucoup plus dans un potentiel Naruto to Boruto : Shinobi Striker 2 !

 

C’est bon :

· L’évolution constante du personnage

· Le PvE et PvP en multijoueur

· Le système de maître et techniques

· La fluidité des mouvements qui rend la jouabilité satisfaisante

· Les différents rôles en fonction des besoins et envies

C’est mauvais :

· Un lobby dépourvu de forme de vie

· Deux modes de jeu, c’est peu

· La caméra désastreuse

· Le ciblage impossible

· L’absence de doublage français

Ce test de Naruto to Boruto: Shinobi Striker a été réalisé avec la version dématérialisée sur Playstation 4, gracieusement fournie par Bandai Namco.

boruto-img10

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here